Le blog

Suivez notre actualité

Arabesque

Témoignages

21 janvier 2021

Apporter l’Espérance à l’étranger

Qu’est-ce qui t’a motivé à choisir ce style de vie ?

Audrey : Depuis mon adolescence, je crois que Dieu m’a donné un fardeau et de la compassion pour les personnes marginalisées, au travers d’expériences comme Action Quartiers, des voyages humanitaires, ou l’accueil par mes parents de personnes dans le besoin à la maison.

Après avoir reçu et été transformée par l’amour de Dieu, je me sentais poussée à aller vers ces personnes différentes de moi qui ne sont souvent pas accueillies ou même bienvenues. Je trouvais ça tellement injuste ! En parallèle j’ai eu une grande prise de conscience il y a quelques années concernant le témoignage : Dieu au moment où il m’a sauvée, aurait pu me prendre tout de suite au ciel avec lui, mais la raison pour laquelle il choisit de nous laisser sur terre, c’est qu’il nous appelle à être sel et lumière. Comment les autres entendront-ils parler de Jésus si je n’ouvre pas ma bouche… ?

Comment as-tu établi des contacts avec tes voisins ?

Audrey : Quand j’ai entendu parler du projet d’implanter une église dans un quartier difficile de ma ville, je me suis tout de suite sentie appelée à le rejoindre. C’est là que j’ai été pour la première fois en contact avec des personnes migrantes, pour la plupart musulmanes, et j’ai été bouleversée par leurs histoires, leur situation ici, et je ne pouvais pas faire autrement que de partager l’espérance que Dieu me donne.

J’étais bouleversée aussi de voir qu’ils n’ont jamais entendu parler de la Bible, et qu’ils étaient vraiment ouverts à toutes ces discussions. Dieu permet que des personnes venant de pays tellement fermés à l’Évangile y aient accès en venant en France !

Qu’as-tu fait pour approfondir tes relations avec tes voisins ?

Audrey : Les premiers contacts avec les personnes musulmanes se sont faits grâce à des amis en commun, une serveuse d’un café du quartier qui connaissait une famille qui avait besoin d’aide pour les devoirs, une rencontre au café, une maman d’école, etc..

Ensuite, les relations se sont approfondies en passant du temps ensemble, en posant des questions sur la famille, la nourriture, la culture, les fêtes, en proposant des services, en essayant d’apprendre quelques mots dans leur langue, et de comprendre leur culture, en jouant avec les enfants, et surtout en acceptant l’invitation à manger de très bons repas dans leur maison… ! L’hospitalité est une grande valeur dans les cultures musulmanes, alors y entrer permet beaucoup d’ouvertures. J’avais peur de les inviter chez moi, parce que peur de faire des erreurs culturelles, mais en posant des questions, on y arrive… ça a été des moments forts, et ils sont devenus des amis, avec qui les choses se font beaucoup plus naturellement maintenant.

Quels bienfaits ont découlé de ces échanges ?
Comment est-ce que ta foi a changé ou grandit pendant cette période ?

Audrey : Ma prière, avec l’équipe d’implantation, était de comprendre le cœur de Dieu pour les personnes qui m’entourent. Je me sentais envahie de compassion, et c’est quelque chose que j’aimerais retrouver aujourd’hui ! Je me suis plusieurs fois sentie dépassée par tous les besoins, les injustices, les difficultés de mes amis. J’ai dû apprendre à les remettre entre les mains de Jésus : c’est Lui le Sauveur, pas moi.

Partager cet article

Abonnements

Recevez les dernières nouvelles de Mena

Je souhaite recevoir les publications suivantes

arabesque